Tartare de Ouananiche

Voici une petite recette bien simple que j’ai fait avec une ouananiche du lac Memphrémagog fraîchement pêchée. Depuis ce temps ma façon de cuisiner mes prises du jour a bien changée. Toute au long de la belle saison je vous proposerez quelques plats de poissons de la région de l’Estrie: Touladi, Brune, Arc-en-ciel, Perchaude et Doré. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Bonne Appétit!!!

www.excelpeche.comTartare de Ouananiche

Nouveau plan de gestion du doré 2016-2026

Nouveau plan de gestion du doré 2016-2026

Voici le nouveau plan de gestion du doré mit en place et publier dans les derniers jours.

Nouveautés

    • Remplacement de la limite de taille minimum de 32 cm par une gamme exploitée de 37 à 53 cm, avec la possibilité de conserver un doré de plus de 53 cm pour les zones de pêche 16, 17 et 22;
    • remplacement de la limite de taille minimum de 32 cm par une gamme exploitée de 32 à 47 cm pour la zone de pêche 13;
    • interdiction de pêcher le doré à l’arc, à l’arbalète et au harpon en nageant;
    • élimination d’exceptions, dont le réservoir Gouin (passe de la taille minimum de 32 cm à la gamme exploitée de 32 à 47 cm);
    • augmentation de la durée du plan de gestion afin de tendre vers un standard de 10 ans pour l’ensemble des plans de gestion en faune aquatique;
    • adoption d’un cadre de gestion des ensemencements de doré;obligation de transporter tous les dorés entiers, entiers et éviscérés ou en filet coupé en portefeuille là où une limite de taille est applicable.
    • obligation de transporter tous les dorés entiers, entiers et éviscérés ou en filet coupé en portefeuille là où une limite de taille est applicable.

walleye

http://mffp.gouv.qc.ca/faune/peche/plan-gestion-dore-2016-26.jsp

Démystifier les mythes : Les « Secrets » de la pêche à la traîne

Démystifier les mythes : Les « Secrets » de la pêche à la traîne

J’entends ou je vois souvent cette question posée sur les médias sociaux ou sur les forums de pêche : « À quelle vitesse de traîne doit-on pêcher pour telle ou telle espèce? » Je pense que la réponse n’est pas aussi simple que la question!!! En fait, selon moi, la question est mal posée dans le sens où elle ne se base pas sur le bon postulat de départ.

Après plusieurs années de tests et d’expérimentations, il m’apparait clair que la vitesse de traîne ne se détermine pas en fonction d’une espèce donnée mais plutôt selon le type de leurre utilisé et en fonction de certains paramètres que je vais tenter de résumer ici.

– La présentation d’un leurre en fonction de son type et de son poids

Chaque leurre a une vitesse optimale de présentation. Cependant, certains types de leurre permettent un large éventail de vitesse possible, alors que d’autres ont une fenêtre de vitesse très limitée. Habituellement, plus le leurre est lourd, plus sa fenêtre de possibilité de vitesse va être étendue. Généralement, le point de démarcation entre une présentation optimale à la vitesse optimale pour un leurre donné est le moment ou ce leurre perd son pouvoir attractif en devenant inactif ou en décrivant des mouvements trop erratiques et non naturels.

type leurre

Conseil :

Pour trouver la vitesse optimale de présentation d’un leurre, installez votre leurre au bout de votre canne et mettez le dans l’eau à côté de votre embarcation, il faut que le leurre soit complètement submergé, ensuite, essayez différentes vitesses de traîne et vous pourrez ainsi observer les différents mouvements de votre leurre en fonction des différentes vitesses.

– La température de l’eau et la température préférentielle de l’espèce visée

Certains leurres qui ont un éventail plus large de vitesse peuvent donc être utilisés à différentes vitesses de traîne. C’est avec ce type de leurres qu’entre en ligne de compte un autre paramètre qu’est la température de l’eau versus la température préférentielle de l’espèce pêchée. En effet, il faut savoir que la température de l’eau va jouer sur la « volonté » de l’espèce visée à attaquer vos leurres ou non et ce même si la présentation de votre leurre n’est pas optimale en termes de vitesse.

Temp préférentielles

Conseil :

Recherchez la profondeur ou se situe la température préférentielle de l’espèce visée et présentez vos leurres dans cette zone de profondeur en variant votre vitesse de traîne. Vous pouvez utiliser votre embarcation pour décrire des « S » ce qui fera augmenter la vitesse de présentation d’un leurre situé sur un côté du bateau et diminuer la vitesse du leurre présenté sur l’autre côté de l’embarcation.

– Les conditions météorologiques, climatiques et saisonnières en fonction de l’activité du poisson et de son régime alimentaire

Il est indéniable que certaines conditions météorologiques momentanées, certaines conditions climatiques ponctuelles ou encore certaines conditions saisonnières récurrentes peuvent jouer un rôle important sur « l’humeur » du poisson. Il devient donc important d’ajuster la vitesse de présentation de vos leurres en fonction des ces conditions. Ainsi, vous ne pêcherez pas à la même vitesse de traîne avec le même leurre en été à forte profondeur que durant le printemps ou l’automne à faible profondeur. Il faut aussi considérer l’activité du poisson et sa concentration non seulement en fonction du temps de la journée mais aussi en fonction du temps de l’année.

De façon générale, je dirai que plus l’espèce ciblée est profonde et/ou dispersée, plus il est important de bien contrôler sa présentation et d’utiliser des leurres à faible éventail de vitesse. Dans ces conditions, il devient important de reproduire le plus fidèlement possible le comportement et l’action naturelle de ce que votre leurre imite. Cela permet d’ajouter une dimension supplémentaire à la perspective de proposer de la nourriture à l’espèce visée, c’est aussi de provoquer chez elle un réflexe d’instinct mémoriel de prédation et d’alimentation, une dimension « aguicheuse » et « séductrice » qui pourrait tenter l’espèce visée même si celle-ci n’est pas en mode de recherche alimentaire.

À l’inverse, lorsque l’espèce visée est active et/ou en forte concentration sur une faible superficie elle est alors en période de frénésie alimentaire et elle se retrouve souvent en compétition directe pour la nourriture. Dans ce cas, il vaut mieux présenter des leurres avec un plus grand éventail de vitesse de traîne et pêcher plus vite pour diminuer le temps de réaction et de « réflexion » de l’espèce ciblée. Il n’est plus question de chercher à effectuer une présentation subtile, il faut travailler avec des leurres voyants et bruyants à vitesse maximale et optimale de vos leurres pour ajouter à votre présentation une dimension agressive qui peut réveiller un réflexe inné de compétition alimentaire et un instinct « d’exaspération » et de prédation de la part de l’espèce visée.

Pression atmosphérique

Conseils :

Avant une sortie de pêche, vérifiez des paramètres tels que pression atmosphérique prévue versus pression atmosphérique de la veille, variations de température de l’air durant la journée, luminosité et alternance soleil-nuage, tables solunaires avec périodes majeures et mineures pour les grands plans d’eau, période de frénésie alimentaire en fonction de l’espèce visée.

Pendant la sortie de pêche, sachez vous adaptez rapidement en fonction de l’activité et de «  l’humeur » du poisson. Variez vos vitesses de présentations avec des leurres à large éventail de vitesse de traîne ou alors précisez votre présentation avec des leurres à faible éventail de vitesse de traîne.

phases lunaires

En conclusion, je reviendrai avec le fait qu’il n’y a pas de recettes spécifiques et miraculeuses pour la vitesse de traîne mais il faut savoir garder en tête un ensemble de paramètres importants, rester alerte et attentif afin de les combiner en fonction des conditions de la journée et des observations faites sur le moment et s’imposer une rigueur dans la préparation et la documentation sur l’espèce visée et sur le plan d’eau choisi.

En espérant que cet article vous sera utile pour votre prochaine saison de pêche afin que celle-ci soit remplie de nouvelles expériences enrichissantes et de belles captures.

Écrit par :

Bruno Mayot
Lomechuse guide de pêche aux salmonidés
Lac Memphrémagog (été – hiver)
Rivières du lac Ontario (automne – printemps)
819-209-5633
www.lomechuse.com
info@lomechuse.com

Steelhead, pêcher les tributaires du lac Ontario!

Steelhead, pêcher les tributaires du lac Ontario!

12735576_10207443999571617_1171430030_n

Bonjour à vous tous, si vous êtes intrigués, obnubilés, ou rêvez de la truite arc-en-ciel de souche steelhead, ce petit article va certainement vous intéresser! C’est bien humblement, mais avec verve, que nous partageons avec vous les informations que nous avons récoltées lors de notre séjour au Fly fishing show à Somerset, au New Jersey, à la fin du mois de janvier dernier. Les séminaires ont été présentés par M. Gary Edwards, guide sur la Salmon river, dans l’état de New York. Cependant, les informations indiquées dans cet article peuvent très bien s’appliquer à l’ensemble des tributaires du lac Ontario si on se fie au programme de gestion de la population de saumons, steelhead et dorés que gère cet État.

Saviez-vous que nous devions aux Américains l’introduction de cette espèce dans les Grands Lacs? Ils ont un programme très structuré d’ensemencement et de soutien des espèces sportives. En fait, durant la période de fraie, ils prélèvent directement de la Salmon river (État de New-York, USA) plusieurs individus mâles et femelles pour faire éclore, en bassin, plus de 2 à 3 millions d’individus. De plus, afin que tous les tributaires des Grand Lacs puissent profiter de cette générosité, ils relâchent directement dans le lac Ontario, les alevins avant qu’ils n’aient eu le temps de s’imprégner de l’odeur de la rivière qui alimente les bassins d’élevage.

Selon M. Edwards, la torpille argentée peut être retrouvée toute l’année dans les affluents des Grands Lacs. Par contre, la taille et la maturité des individus variera grandement selon la saison.

L’automne et le printemps sont les meilleures saisons si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour la capture d’un trophée. Mais pourquoi l’automne nous direz-vous? Ce n’est pourtant pas la période de fraie pour ce poisson! Vous avez bien raison. C’est la fraie de ses lointains cousins, les saumons, qui pousse bon nombre de Steelhead à quitter le confort et la sécurité que leur procurent les Grands Lacs. Comme pour la majorité des poissons d’intérêt pour la pêche sportive,  le refroidissement des cours d’eau est synonyme d’un pic d’activité pour cette espèce. L’instinct les pousse à se préparer pour les rigueurs de l’hiver. Comparativement à d’autres espèces de prédateur, notre bolide argenté ne cherche pas particulièrement à profiter de la migration des juvéniles pour se constituer des réserves. Non, ce sont les hormones issues du ballet amoureux des saumons qui l’hypnotisent et l’ensorcèlent. Elle pourrait saisir la présentation bien exécutée d’un streamer, mais ce qui tient l’ensemble de ses sens en éveil est l’odeur enivrante du caviar de saumon qui s’éparpille au gré des courants sur le lit des rivières. En fait, mue par sa gloutonnerie légendaire, c’est l’appel de cette friandise qui lui a fait quitter les Grands Lacs et rien d’autre! Pour la steelhead, une frayère à saumon constitue le nec plus ultra des eldorados!

Saison automnale

C’est pour cette raison qu’en automne la boite à mouche d’un « steelhead bum » aura davantage des airs de magasin de bonbons avec ses imitations d’œufs de toutes les couleurs. L’approche, elle, devra être délicate, stratégique et respectueuse puisque les secteurs où vous trouverez la steelhead seront aussi envahis de saumons. Donc, voici quelques conseils pour ne pas interrompre le ballet nuptial de ces magnifiques saumons :

  • L’observation d’un ballet aquatique s’avère une véritable aubaine parce qu’il risque effectivement d’y avoir une ou plusieurs steelhead en retrait;
  • Il est donc recommandé d’exécuter un lancer un peu plus haut et en amont des tourtereaux;
  • Laisser à la mouche le temps d’exécuter une dérive jusqu’à ce qu’elle soit rendue en aval du couple (derrière);
  • C’est à ce moment que vous exécutez quelques petites strips pour ramener votre imitation d’œuf juste derrière les saumons que vous venez courtoisement d’éviter. Rester en alerte, parce que l’attaque tant désirée pourrait se produire bien plus rapidement que vous le pensez!

Exemple de mouche automnale

Pour faciliter et rendre plus agréable votre expérience de pêche durant cette période de l’année, M. Edward ajoute également les recommandations suivantes :

  • Préférez les débuts de semaine (du lundi au mercredi) pour éviter la cohue;
  • Oubliez les sorties durant un congé férié;
  • Se lever tôt;
  • Amenez un repas pour manger sur place et vous reposer durant la période la plus achalandée. La majorité des gens quittent lorsque l’heure du souper se présente.

De plus, M. Edwards souligne que la steelhead ne serait pas un poisson qui aurait tendance à se déplacer sous la glace, ainsi la montaison automnale prend fin avec la prise des glaces. Les individus qui ne seront pas redescendus s’installeront paisiblement dans les fosses de la rivière pour économiser au maximum leur énergie.

Saison hivernale

Salmon river hiver

Celle-ci peut aussi être une très bonne occasion pour chasser ce magnifique poisson. À ce moment, il vous sera important de retenir l’information suivante : les individus en phase active sont les plus susceptibles d’être preneur, s’installeront en tête ou à la fin de la fosse. Donc, dans un souci de respect et de conservation, il est préférable de ne pas cibler les individus que vous pourriez voir en plein centre d’une fosse. Ceux-ci sont en position de repos et de récupération, donc plus sensibles et vulnérables au stress que pourrait leur causer un ciblage de votre part. Bien qu’il puisse y avoir des périodes d’intense activité, vous devrez tenter de faire passer votre offrande le plus proche possible de votre cible. C’est là que les techniques de tchèque nymphing deviennent de véritables atouts à votre arsenal de pêche.

Rappelez-vous qu’à cette période de l’année, elles doivent faire une économie maximale de leur énergie. La nourriture est plus rare et elles n’ont aucun intérêt à dépenser plus d’énergie que ce que leur proie pourra leur apporter. Durant l’hiver, le guide recommande d’abord l’usage de petites nymphes noires, d’une taille entre 16 et 20. En fait, selon lui, lorsque la température se situe entre -5 et 0 C, vous pourriez être témoin d’une émergence peu commune. Imaginez comment cela peut être dépaysant de voir une nuée de petits trichoptères sur le tapis blanc pur de dame nature! Cela doit être toute qu’une expérience!

Bien qu’il soit recommandé de commencer avec vos petites nymphes, ne vous y limitez pas. Vous connaissez l’expression : l’occasion fait le larron! La période d’abondance où notre amie s’empiffrait de caviar de saumon n’est pas encore très lointaine. Il y a donc encore de bonnes chances pour vous d’éveiller sa gloutonnerie à l’aide d’imitation d’œuf. Finalement, l’usage d’un streamer peut aussi être très productif. Si votre présentation est adéquate, vous avez toutes les chances d’éveiller leur instinct opportuniste. Tout au long de la saison froide, gardez en tête l’équation suivante : le moins d’effort possible pour un maximum de protéines!

Saison printanière

Fin février, début mars, la fonte des glaces annonce l’amorce de la seconde montaison. Le réchauffement progressif des cours d’eau fouette les sangs de la steelhead et lui rappelle qu’il est maintenant temps pour elle de procréer. Il est intéressant de savoir qu’à la différence de ses lointains cousins les saumons, la steelhead ne cesse point de s’alimenter pendant la fraie. Bien au contraire, sans avoir comme principale préoccupation la reconstruction de ses forces, son légendaire sens de l’opportunisme la précède en tout temps. C’est une bonne saison pour tenter une pêche avec une souris. À ce moment, il est recommandé de déposer votre offrande le long de la berge pour imiter la chute à l’eau d’un petit rongeur. La souris peut être travaillée principalement de deux façons :

  • Dans les portions calmes du cours d’eau, travaillez-la en surface. Imitez sa nage dans une tentative de rejoindre une roche à proximité ou l’autre berge;
  • À la sortie d’un rapide, travaillez-la avec une approche de type noyée. Assurez-vous d’avoir une dérive morte (drag free). Vous imiterez ainsi une noyade en amont;
  • Attachez bien votre tuque, si vous êtes suffisamment convainquant, les attaques peuvent être violentes!

La pêche en streamer reprend aussi du poil de la bête avec l’arrivée du printemps. Si vous êtes chanceux, le secteur que vous visiterez sera peut-être en pleine éclosion d’œufs de saumon. Une nouvelle occasion pour notre éclair argenté préféré de passer au comptoir à bonbon! Devant un tel festin, votre Graal sera indubitablement une imitation d’alevin présentant encore son petit sac ventral. Variez les techniques et les approches : dérives, strips, poses et changement de vitesse.

Conseils supplémentaires

Face à une journée difficile, prenez le temps d’observer votre environnement. Vous êtes au printemps, la vie reprend ses droits. Il y a certainement quelque part, une petite gâterie susceptible d’aiguiser l’appétit du poisson que vous convoitez tant. Ne vous limitez pas dans vos tactiques de pêche. Quelque part sur les berges ou au fond de la rivière, il y a certainement une midge, une nymphe, une larve, un poisson-appât ou une souris. C’est le temps parfait pour essayer cette mouche que vous n’avez jamais touché depuis 5 ans au fond de votre boite.

Si c’est votre première fois et que vous avez la chance de prendre plus qu’un individu, prenez le temps d’observer et de comparer leur robe. Vous pourrez noter d’importantes variations dans leurs coloris : dos sombre avec ligne latérale empreinte d’une couleur rosée à la limite du rouge pour le résidant et une couleur vif-argent  pour les nouveaux arrivants. Voici un exemple de la progression en photos:

12666364_10207443999691620_1672574055_n12735907_10207443999531616_292411438_n12721570_10207443999411613_387535509_n12736286_10207443999651619_165639417_n

La période de la fraie se termine, fin avril, début mai, et c’est ainsi, lorsque l’eau atteint 60 degrés F, que les individus matures quittent les rivières pour retourner vers le confort serein du lac Ontario. Dans ces conditions, si cette espèce continue à vous appeler, nous vous conseillons de viser ces grandes étendues d’eau plutôt que les cours d’eau pour la poursuivre.

Conclusion

Merci d’avoir pris quelques minutes pour lire notre article. Nous espérons qu’il vous a plu. Nous tenons à remercier Bruno Mayot alias Lomechuse (guide de pêche aux salmonidés), pour sa collaboration, c’est-à-dire, la révision de nos écrits et sa générosité pour nous avoir fourni les photos et à Tommy Corriveau, fondateur de l’équipe de Fishingshack, pour la publication et la diffusion de l’article.

Amélie Caron et Vincent Delisle

L’équipe de Speyrit

speyrit.com

speyrit@gmail.com

Démystifier les mythes : Les types d’ensemencement

Démystifier les mythes : Les types d’ensemencement

Quand vient le temps de parler d’ensemencement de poissons, les opinions peuvent être partagées. Généralement, le pêcheur, qui est en nous, considère l’ensemencement comme un apport supplémentaire à l’offre de pêche, une mise en valeur d’un plan d’eau. Le biologiste, lui, y verra plutôt un moyen de conservation des espèces, un support à l’aspect biologique et écologique d’un écosystème. Voici un court article qui vous détaillera les types d’ensemencement qui existent et leurs objectifs et buts.

On distingue deux grands types d’ensemencement. Les ensemencements de conservation ont pour but le repeuplement d’un milieu aquatique et les ensemencements de mise en valeur ont pour objectif d’augmenter l’offre et la qualité de pêche d’un plan d’eau.

Les ensemencements de conservation :

Ce type d’ensemencement est principalement assuré par les instances gouvernementales (ministère) et para-gouvernementales (Aire Faunique Communautaire)

Selon le Ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs du Québec : « Ils visent à repeupler un milieu aquatique dans lequel une population de poisson a été gravement bouleversée par une perturbation, une détérioration ou une destruction de son habitat, une surexploitation de la pêche, le déversement de produits toxiques ou l’introduction d’espèces compétitrices ou prédatrices. »

Pour le bon fonctionnement de ce type d’ensemencement, il est donc important que la cause du bouleversement soit bien identifiée et que les mesures correctives nécessaires soient apportées afin de remédier et corriger la situation. Alors, seulement, l’ensemencement de conservation peut être appliqué.

Il existe 3 modes d’ensemencement de conservation :

  • L’ensemencement de sauvegarde qui a pour but d’empêcher la disparation d’une espèce ou d’une population de poisson. Il s’applique notamment lorsque le nombre de reproducteurs est rendu trop faible pour subvenir d’eux-mêmes au rétablissement de la population. Exemple : les ensemencements de chevaliers cuivrés dans la rivière Richelieu.

cuivré1

  • L’ensemencement de repeuplement a pour objectif de rétablir une population dans un laps de temps spécifique afin de revenir au niveau d’individu présent dans la population avant le bouleversement et qui permettait le maintien de la population sans apport extérieur. Exemple : L’ensemencement de truites grises d’une génétique particulière et spécifique d’un plan d’eau.
  • L’ensemencement de réintroduction a le même but que l’ensemencement de repeuplement sauf que la population originelle n’existe plus mais sa niche écologique est encore disponible. Le but final reste également que la population se maintienne sans apport extérieur. Exemple : les ensemencements de bar rayés dans le fleuve Saint Laurent.

DSC_4656-2-2

Les ensemencements de mise en valeur :

Ce type d’ensemencement est principalement utilisé par les organismes de gestion locaux tels que les clubs et associations de pêche, les pourvoiries, les zones d’exploitation contrôlée (ZEC), etc..

Il existe 4 modes d’ensemencement de mise en valeur :

  • L’ensemencement d’introduction sert à l’établissement d’une espèce qui, historiquement, n’a jamais été présente dans un plan d’eau. Exemple : l’ensemencement de truites brunes, truites arc-en-ciel ou encore d’omble moulac.
  • L’ensemencement de soutien vise à augmenter ou maintenir une population viable mais dont l’habitat déficient ou la pression de pêche trop importante limite son développement et/ou son maintien à un niveau suffisant pour offrir une qualité de pêche sportive acceptable. Exemple : les ensemencements de ouananiches au lac Memphrémagog.

IMGA0045(1)

  • L’ensemencement de dépôt-retrait sert uniquement à satisfaire une offre de pêche sportive à court terme afin d’offrir, dans un laps de temps donné, aux pêcheurs la possibilité de prélever des poissons de taille intéressante pour la consommation. Le plan d’eau dans lequel est effectué cet ensemencement ne permet pas forcement d’assurer la survie et la croissance de l’espèce ensemencée. Exemple : les ensemencements effectués pour la Fête de la pêche dans certains petits plans d’eau.

DSC00946

  • L’ensemencement de dépôt-croissance-retrait sert à proposer une activité de pêche sportive à moyen terme. Les poissons ensemencés peuvent vivre, se développer et croître dans le plan d’eau avant d’être prélevés par les pêcheurs pour la consommation. Exemple : les ensemencements effectués par la majorité des associations et clubs de pêche.

IMG_0730

Ainsi, comme vous pouvez le constater, il existe tout de même une multitude de possibilité d’ensemencement. J’espère que cet article vous permettra de mieux comprendre certains ensemencements effectués et leur but avéré. J’espère aussi que cet article pourra aider les gestionnaires de milieu aquatique dans leurs décisions d’ensemencement en fonction de l’espèce, le plan d’eau (l’habitat) et l’objectif de l’ensemencement.

Si, à la lecture de cet article, certaines questions demeurent en suspens, n’hésitez pas à me contacter, il me fera plaisir de vous renseigner dans la mesure de mes connaissances.

Aussi, il existe deux documents publiés par le MFFP qui traitent plus en profondeur des ensemencements, des risques qu’ils comportent et des étapes préalables à l’ensemencement. Ces deux documents sont des aides précieuses à la prise de décision :
http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/peche/ensemencement/pdf/outils-aide/info-generale.pdf

https://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/peche/ensemencement/pdf/lignes-directrices-ensemencements.pdf

Bruno Mayot
Lomechuse guide de pêche aux salmonidés
Lac Memphrémagog (été et hiver)
Rivières du lac Ontario (printemps et automne)
info@lomechuse.com
819-209-5633
http://www.lomechuse.com

Print

 

Comment choisir une canne à pêche ?

Tout d’abord il faut regarder et comprendre les indications inscrites sur la canne. EXEMPLE 7’ med light ex fast action 6-12 lbs ¼ a ½ oz. Le premier chiffre indique la longueur de la canne : Ici nous avons donc une canne: d’une longueur de 7 pied. La seconde inscription (« med light ») représente la rigidité ou la fléxibilité de la canne, en un mot c’est la puissance de la canne. La troisième inscription (« ex fast action) correspond à l’action du scion de la canne. La quatrième inscription (6-12 livres) indique l’étendue du diamètre de la ligne recommandée par le manufacturier. Enfin la dernière inscription (1/4 à 1/2 oz) spécifie le poids des leurres utilisables avec cette canne.

Maintenant décortiquons ce que tout cela veut dire :

La longueur de la canne :
Cette caractéristique est très importante car la longueur peut influencer le résultat de vos sorties de pêche. Premièrement, il faut savoir que plus la canne est courte plus vos lancers seront précis, par contre vous perdrez en distance de lancer. Il est possible que certains pêcheurs seront en désaccord avec cet énoncé car l’expérience leur a apporté de la précision avec des cannes plus longues car, souvent, la rigidité compensera et du même fait qu’il pratique aussi ce sport beaucoup plus que la moyennes des gens. Et pourquoi souvent on retrouve comme recommandation d’utiliser une canne de 6 pied 6 pouces à action moyenne ? Tout simplement par déduction de la moyenne, je m’explique : la majorité des gens vont à la pêche à la truite et ils y vont entre 1 et 3 fois par année cela représente 85% des pêcheurs. Donc l’expérience, la fréquence et le fait que ces sorties sont, en général, des sorties entre amis et/ou famille font en sorte que ce sont des moments de détente et relaxation. Donc avec ce choix vous aurez une bonne précision, une bonne sensibilité et de bons moments et souvenirs !

La puissance :
Cet aspect est peu négligeable, le choix de puissance varie entre ultra léger (très féxible) à extra heavy (très rigide). Plus on se dirige vers une canne flexible , plus le combat sera intense. Par contre, pour la capture de gros spécimens tels que les carnassiers, il est recommandé d’aller vers des cannes plus rigides afin qu’elle ne vous casse pas dans les mains. Ce type de pêche ne nécessite pas de flexibilité car, généralement, ce sont des poissons très puissants qui vous donneront de merveilleux moments.

L’action :
Encore une chose à vérifier. Ce point va pour la sensibilité, plus l’action du bout de la canne est rapide plus vous sentirez la moindre touche des poissons. Avec, par exemple, une canne «extra fast» vous pourrez même sentir le poisson qui fait juste mordiller votre appât et, du coup, cela peut vous indiquer une information importante si cela vous arrive. Lorsqu’un poisson ne fait que mordiller votre appât cela veut dire, soit que votre appât est trop gros pour lui ou bien qu’il y a quelque chose trop effrayant dans votre présentation ou tout simplement que les poissons de cette zone ne sont pas de taille!!

action

Le diamètre de la ligne :
Dans l’exemple plus haut vous avez aperçu les nombres 6-12 lbs. Cette indication est la recommandation de la capacité de résistance de la ligne à utiliser pour atteindre le maximum de performance de la canne, il est certain que l’on peut jouer sur cet aspect pour gagner une résistance accrue sans trop perdre de performance mais il ne faut pas exagérer !

Le dernier point, le poids des leurres :
La dernière chose inscrite sur une canne est le poids des leurres à utiliser avec celle-ci. Dans l’exemple «¼ à ½ oz» est la recommandation faite par le manufacturier de la canne. Si on utilise un leurre plus léger il sera extrêmement difficile à lancer et si on utilise un leurre trop lourd il causera une usure prématurée de votre canne.

Il est assez difficile de recommander un type de canne à quelqu’un car il y a trop de facteur que seul le pêcheur peut nous fournir lors de sa prochaine sortie de pêche. Voilà pourquoi il n’y a presque pas d’information relative à ce sujet ou celle que l’on trouve est quand même assez générale et floue du même fait. Le choix du type de pêche du pêcheur reste aussi un facteur déterminant dans son choix. Par exemple, si vous allez pêcher la truite moucheté, recherchez-vous le «feeling» du combat ou bien aurez vous besoin de précision lors de vos lancers ? Si vous chercher le «feeling», une canne ultra légère vous apportera de l’adrénaline pure lors de vos combats par contre la précision des lancers et la facilité de ferrage sera considérablement diminuée. Si vous avez besoin de précision, un choix d’une canne de puissance «medium» ou «medium heavy» vous l’apportera afin d’atteindre des point stratégiques dans vos cours d’eau, mais le combat sera plus facile et beaucoup moins intense.

Donc si vous prévoyez faire l’achat d’une canne, pensez à quel genre de pêche vous visez et dans quel environnement vous serez et quel type de leurre vous utiliserez. Si trop de facteur sont incertains ou inconnus, choisissez une canne qui se situe dans le centre de vos objectifs afin d’allier la réussite et le plaisir de pêcher !!!
Sur ce, bonne pêche
– Daniel Bernard  – http://www.molldem.com/

lg_Presentation1_ws1032788028