Consultations sur de nouvelles modalités pour la pêche au bar rayé

Le Ministère souhaite valoriser la pêche sportive au bar rayé : consultations sur de nouvelles modalités

Québec, le 20 avril 2018 – Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) souhaite modifier les modalités de la pêche sportive au bar rayé pour les saisons 2018 et 2019 puisqu’il est maintenant possible de la valoriser davantage.

Deux populations distinctes

Les bars rayés du Québec appartiennent à deux populations distinctes, soit celle du sud du golfe du Saint-Laurent, dont la population augmente de façon importante depuis quelques années, et celle du fleuve Saint-Laurent, réintroduite en 2002 et actuellement protégée par la Loi sur les espèces en péril du Gouvernement du Canada. À ce titre, il est interdit de capturer les individus de cette population.

Seule la pêche sportive du côté sud de la Gaspésie est permise depuis 2013, puisque les bars rayés qui s’y trouvent appartiennent à la population du sud du golfe du Saint-Laurent, dont l’état permet une exploitation contrôlée.

Au cours de l’été 2017, plusieurs observations de bars rayés ont été rapportées dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent, notamment sur la rive nord de la Gaspésie et sur la Côte-Nord. Récemment, des études menées par le Ministère ont permis d’établir que les bars rayés qui ont fréquenté ces secteurs proviennent presque exclusivement de la population du sud du golfe du Saint-Laurent.

Nouveautés proposées pour la saison de pêche 2018

Considérant l’augmentation et la répartition de la population de bars rayés du sud du golfe du Saint-Laurent, le Ministère procède présentement à la consultation de ses partenaires et des communautés autochtones concernées afin que de nouvelles modalités de pêche soient adoptées pour la saison  2018. Les modifications proposées ont pour but :

  • d’étendre, dès la saison 2018, le secteur où la pêche sportive au bar rayé est permise, ce qui correspond à la portion de la zone de pêche 21, située à l’est d’une ligne reliant Forestville à Mont-Joli;
  • d’augmenter la limite quotidienne de prise et de possession qui passe de 2 à 3 bars rayés pour l’ensemble de la saison;
  • de permettre la pêche sportive au bar rayé avec une limite quotidienne de prise et de possession de 3 bars rayés dans le plan d’eau d’exception de la zone 1 qui correspond au barachois de la rivière Malbaie, lequel est situé au sud de la Gaspésie. Depuis 2013, la pêche sportive y est permise avec remise à l’eau.

Les autres modalités de pêche demeurent inchangées.

De plus, le Ministère saisit cette occasion de consultation pour sonder ses partenaires et les communautés autochtones concernées sur la possibilité de permettre, dès l’été 2019, la pêche au bar rayé dans les rivières qui se déversent dans le secteur de la zone 21 située à l’est d’une ligne reliant Forestville à Mont-Joli.

La population du fleuve Saint-Laurent : des bars rayés toujours à protéger

Bien que la population de bars rayés réintroduite dans le fleuve Saint-Laurent soit en croissance, il n’est toujours pas possible de permettre son exploitation. Le Ministère doit d’abord s’assurer du rétablissement de cette population, afin que les efforts investis depuis des décennies se traduisent éventuellement par une réelle opportunité de pêche durable dans ces secteurs du Saint-Laurent.

C’est pourquoi la pêche au bar rayé demeurera interdite à l’ouest de la partie de la zone 21 qui fait présentement l’objet d’une consultation (y compris la rivière Saguenay). 

Pour obtenir plus d’information sur la réglementation qui sera en vigueur à la suite du processus de consultation, les pêcheurs sont invités à consulter le mffp.gouv.qc.ca/  la-faune/peche/.

Pour obtenir des renseignements sur le Ministère, en savoir plus sur ses activités et ses réalisations, consultez le mffp.gouv.qc.ca et les réseaux sociaux :

Source : https://mffp.gouv.qc.ca/peche-sportive-2018-04-20/

Advertisements

Modifications réglementaires pour la pêche au saumon atlantique

https://www.facebook.com/ForetsFauneParcs
https://twitter.com/MFFP_Quebec

 

Modifications réglementaires pour la pêche au saumon atlantique

Québec, le 9 avril 2018 – Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs annonce la mise en application de nouvelles modalités de pêche visant à favoriser la conservation du saumon atlantique ainsi que sa mise en valeur durable.

Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026

Les modifications réglementaires suivantes, prévues au Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026, entrent en vigueur pour la saison de pêche 2018 :

  • Le nombre maximal de saumons pris et gardés annuellement par pêcheur passe de sept à quatre, dont un seul grand saumon. Une exception s’applique toutefois pour les zones 23 et 24 situées dans le Nord-du-Québec où un pêcheur peut conserver quatre saumons, qu’ils soient grands ou petits;
  • Le permis de pêche de courte durée, auparavant valide pour une seule journée, est remplacé par un permis valide trois jours consécutifs;
  • L’étiquette appliquée sur chaque saumon gardé devra provenir du permis du pêcheur qui l’a ferré.

Autres nouveautés concernant la pêche au saumon

Les deux changements réglementaires suivants ont également été apportés pour la saison de pêche 2018 :

  • Les résidents de moins de 18 ans détenteurs d’un certificat « Pêche en herbe » de la Fondation de la faune du Québec ou d’un certificat « Relève à la Pêche » délivré par le Ministère pourront pêcher le saumon sans détenir de permis de pêche. Ces jeunes devront toutefois remettre à l’eau les saumons capturés;
  • Les pêcheurs devront recourir aux services d’un pourvoyeur pour pêcher le saumon dans les zones de pêche 23 et 24 situées dans le Nord-du-Québec.

Bilan des deux premières années du Plan de gestion

Depuis 2016, le Ministère a mis en place la majorité des dispositions prévues au Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026, et plusieurs résultats positifs sont déjà mesurables. En effet, en comparant les données obtenues depuis la mise en œuvre du plan actuel avec celles des cinq années précédentes, on constate que les nouvelles modalités de pêche ont contribué à une augmentation de 30 % des remises à l’eau déclarées, ce qui favorise grandement la pérennité des populations. Pour cette même période, la fréquentation des rivières par les pêcheurs a augmenté de 7 %, ce qui indique que l’industrie de la pêche au saumon est saine et en croissance.

Le Ministère a confiance que les nouvelles mesures qui seront appliquées pour la saison de pêche au saumon 2018 contribueront encore davantage à assurer la conservation des populations, tout en favorisant le recrutement de nouveaux adeptes de cette activité qui produit des retombées socioéconomiques importantes au Québec.

Saumon et camaraderie

Il y a 3 mois, j’ai reçu un message via les réseaux sociaux de la part de mon ami Olivier Fortin ( Équipés Pour Pêcher Tard ). Celui-ci m’invitait à aller passer 3 jours en Ontario à traquer les gros saumons Chinook avec lui, Harold Morin et Bruno Mayot ( Lomechuse ). Bien sûr je n’ai pas pu résister à la tentation. J’ai donc aussitôt demandé congé à mon patron. Je conservais mes 5 semaines de vacances allouées à tous les employé par Kezber pour la pêche sur la glace, mais j’ai pris quelques jours quand même pour aller faire ce trip entre amis.

Pendant les semaines qui suivent j’ai débuté le montage de mouches à la chaîne pour garnir mon coffre qui me servira durant le voyage. De plus, Bruno nous a annoncé par la suite qu’un ami à lui, Alex Ranger, allait se joindre à nous pour le périple.

Le jour enfin arrivé, j’ai rejoint Olivier et Harold à Drummondville pour ensuite faire direction dans une seule voiture vers l’Ontario, plus précisément dans la ville de Port-Hope où on allait rejoindre Bruno et Alex.

Je ne connaissais pas Harold mais tout de suite j’ai pu constater qu’il était comme moi, un passionné de pêche. On a donc jasé de pêche tout le long de la route et le 5: 30 d’auto a paru bien court.

Une fois à Port-Hope, après une brève introduction et quelques échanges d’anecdotes, il était temps de faire la passe du soir sur la rivière.

J’ai été le chanceux qui a pris le premier poisson, mon premier saumon coho qui m’a donné un peu de fil à retordre. Comme je n’avais pas vraiment eu la chance de combattre ce genre de poisson sur mon équipement de Centerpin auparavant, Bruno m’a lancé quelques conseils tout le long de mon combat même si je n’ai probablement pas entendu la moitié de ce qu’il m’a dit car j’étais en transe avec ce poisson magnifique.

Une petite photo et hop, le poisson me glisse des mains et regagne sa liberté. Même si on était en mode remise à l’eau, j’aurais aimé avoir la chance de prendre un ou deux clichés de plus mais pas la peine de s’en vouloir, ce saumon a durement gagné sa liberté, donc on le laisse et bonne reproduction!

Les deux premières journées, les prises se sont enchaînées pour moi et mes comparses, ce qui était bon signe pour notre voyage malgré les températures extrêmes de 36-38 degrés Celsius ressentis.

    

L’avant-midi de notre départ fut pour moi le clou du spectacle quand j’ai été explorer avec Bruno une fosse un peu plus loin qui nous a permis de trouver un coin bourré de saumon Coho. J’ai pu, à ce moment, voir Bruno en action face à un Coho complètement fou qui sautait de tout bord tout côté.

Il va sans dire que j’ai aussitôt lancé ma ligne dans le but moi aussi de vivre ce genre de combat incroyable. Après quelques combats de beaux saumons Coho mâle tout rouge qui ont fait littéralement exploser mon bas de ligne, j’ai enfin réussi à rapporter quelques femelles Coho au bord pour prendre quelques clichés.


Ce voyage me fait déjà rêver à ma prochaine sortie en Ontario. J’espère déjà aller combattre prochainement les steelheads, ces petites torpilles argentées.

Ma première pêche au Doré

_dsc8900-copy-copy
Un mercredi routinier s’annonçait à moi ce jour-là. Arrivé au travail en fin de matinée, je fais le survol de mes messages facebook. J’ouvre alors un message de Bruno me demandant de l’appeler rapidement. Qu’est-ce qui presse tant? Pensant naturellement à une urgence indésirable, je prends mon cellulaire et je rejoins Bruno.

« What’s up? Ça fait 2 mois qu’on se parle sur facebook…. Qu’est-ce qui se passe? »

« Ben je sais que je suis vraiment dernière minute, mais je me rend en Ontario avec Tommy après le salon de la mouche de Trois-Rivière ce samedi. On va rejoindre Sébastien Garneau, guide de pêche, pour un trip de pêche au doré trophée dans la Baie de Quinte. Ça te tentes-tu de venir avec nous? »

« Euhhhh…Euhhh…ben j’avais quelques affaires de prévues….mais jt’appelle tantôt. »

Résultat…5 minutes plus tard, je déplace tout pour aller pêcher avec trois gars que j’ai encore jamais rencontré…
Faisant principalement confiance au pouvoir rassembleur de la pêche, je pars pêcher le Doré avec mes nouveaux chums. Après 7 heures de route, deux bigmacs bien garnis et zéro minute de silence, on arrive enfin à notre motel pour prendre quelques heures de repos avant d’aller affronter les conditions météo de la Baie de Quinte.

Jour 1
Dès notre réveil, on constate que finalement, la journée s’annonce moins froide qu’on le supposait. Les yeux encore collés, on mange quelques muffins et voilà…c’est le départ pour rejoindre Sébastien. Dès notre arrivée, je remarque le confort et la propreté du bateau de Sébastien. Moi qui ne suis pas naturellement un grand partisan de la pêche en bateau, je suis complètement rassuré. Après une couple de « jokes » et une poignée de main formelle, on démarre enfin le bateau pour partir à la conquête de notre doré trophée de Quinte.
img_0019
On commence alors la sélection des précieux leurres qui nous permettrons de vaincre notre adversaire. Usant d’une science et d’un goût indéniable, Sébastien choisit les bons appâts, les bons leurres et les bonnes couleurs. On descend les lignes une à une…en rêvant déjà de l’attaque d’un poisson record.

Une fois les 6 lignes en position, il nous reste plus qu’à trainer et attendre patiemment.

Quelques temps plus tard, le soleil se débarrasse des nuages qui l’obstruait et on commence à avoir de l’action sur une des lignes.
« Alright gang!! » premier combat…. Tommy est le premier désigné pour remonter le premier poisson. Impatient, je saisi la caméra pour ne rien manquer de l’action tant attendue. Après plusieurs minutes et 200 pieds plus près, on réussit enfin à voir apparaitre la bête. Craignant de mêler la ligne dans le câble de downrigger, nous avons dû brusquer l’approche de l’épuisette. Résultat : le gros ventre du doré tourne sur l’anneau de l’épuisette, la bête se décroche et roule jusque dans l’eau (et là je suis convaincu qu’on l’a tous vu tomber au ralenti). QUELLE DÉCEPTION!!! Le visage de Tommy en témoigne.
Il ne faut toutefois pas se laisser décourager. On replonge la ligne et on continue à voguer. Quelques minutes plus tard…enfin…un deuxième poisson attaque notre appât. Cette fois-ci, c’est à mon tour de tenter ma chance. 150 pieds plus près, je sors le premier malachigan de ma vie. Malgré la petite taille du poisson, j’étais tellement heureux d’avoir ce beau poisson, encore inédit pour moi, dans mes mains. Un souvenir mémorable.
img_0027

Quelques temps plus tard, ce sera à Bruno de sortir un magnifique doré de l’eau de Quinte. Celui-ci avait une magnifique couleur, et qui plus est, était notre premier doré remonté au bateau…POUR VRAI. Le soleil qui plombait alors nous permis de prendre plusieurs belles images de ce poisson.

20161130_114704_hdr-1
Plusieurs heures s’écoulèrent ensuite avant que nous rentions au quai d’embarquement. La première journée fût fort agréable malgré le poisson pas très affamé. Nous gardions donc le moral fort pour la pêche du lendemain. Quelques bières plus tard, nous sommes en route pour prendre du sommeil au motel.

Jour 2
La deuxième journée s’annonça plus nuageuse. Embarqués en bateau dès 7h30, nous partons à la pêche de ce magnifique doré, que nous cherchons depuis la veille. Ce matin-là, la baie était très agitée, les vagues étaient considérables et il nous était très difficile de bien diriger le bateau. C’est tout de même ce matin-là, que notre trophée se présenta enfin à nous. Quelle bonne affaire, en plus c’est à mon tour de remonter l’animal. Cette fois-ci, je sens l’adversaire beaucoup plus lourd que ma prise de la veille. Après plusieurs minutes de remontée, le poisson daigne enfin à se présenter à nous. Je tiens enfin ce beau trophée entre mes mains. Le petit enfant en moi ressurgit immédiatement et je saute partout dans le bateau en m’exclamant : « YEAHHHH!!!! WOOOUUUUHOOOUUUUU!!! ». La couleur de ce poisson était tout simplement sublime, d’un jaune or impressionnant. Sa gueule était non seulement grande…mais laissait également présager une cage imprenable pour ses proies. Quelle belle bête!!!

Équipés Pour Pêcher Tard - doré quinte

Une fois la remise à l’eau réussie, nous continuons notre pêche.
Plusieurs heures passèrent en bien bonne compagnie, mais des poissons extrêmement timides. Nous commencions tous, je crois, à désespérer de prendre un autre beau spécimen. L’heure nous forçant tranquillement à revenir au quai, nous croyions tous la venue d’une autre prise impossible. Tout à coup….BAMMMMM!!!…le dériveur de surface nous désigne une autre touche. Enfin la chance à Tommy de prendre sa revanche sur un doré digne de mention. Après une remontée lente (question de permettre la remise à l’eau en santé), l’animal se pointe enfin dans l’épuisette. Tommy était alors le gars le plus heureux au monde. Tous nos espoirs semblaient être nuls…et finalement celui-là était pour lui.

_dsc8893

Après quelques photos, on tente la remise à l’eau. Dans ce type de pêche, nous devons faire très vite afin de procéder à une remise efficace. Malgré nos efforts, nous avons échoués cette remise à l’eau. Bien que le poisson semblait tout à fait en santé…nous pouvions dès lors l’observer dériver au gré des vagues et du courant. Les 4 gars…nous regardions la scène avec beaucoup de déception, au point où nous décidions à l’unanimité de rebrousser chemin, avec nos 6 lignes toujours à l’eau. Au risque de tout mêler…nos consciences pouvaient en être beaucoup plus légères. Quel travail d’équipe se mis alors en branle pour nous permettre de récupérer cet adversaire respectable. Un moment d’adrénaline pris place en nous. Tout allait vite. Entre la perte de vue sur le poisson et le guidage du bateau, en ces conditions de navigation difficile…nous fûmes enfin en mesure de reprendre le doré. Nous n’avions qu’une seule chance pour y arriver et nous avons réussi.
Ce fût la clôture de cette journée de pêche. Une fois arrivés au quai d’embarquement, le temps nous pressait de reprendre la route. Le retour fût occupé encore par de nombreuses discussions, toutes autant intéressantes les unes des autres.

Je retiens maintenant des souvenirs mémorables de ce voyage. Je partais à la chasse au doré géant, et je reviens non pas seulement avec un souvenir de mon premier gros doré, de nombreuses belles images, mais aussi avec trois nouveaux amis autant fous maniaques dans la tête que moi. Sébastien fût un guide impliqué, proactif et soucieux de notre satisfaction. Un vrai bon gars, comme on appelle souvent un gars avec qui t’as pas le choix de bien t’entendre.

Pour ce qui est de mes deux acolytes principaux, Tommy et Bruno, j’ai découvert deux gars extrêmement bien informés sur la pêche au Québec. Nos nombreuses discussions ont étés passionnantes et chargées de positif. Ce voyage-là m’aura permis de rencontrer trois gars avec un sens de l’humour inépuisable. Longue vie à cette nouvelle amitié. On remet ça quand vous voulez les BOYS!!!

Olivier Fortin
Producteur Équipés pour pêcher tard!

Service de guide :
Sébastien Garneau
819-434-1030
Excel Pêche

Des produits qui rendent la pêche plus agréable!

J’aimerai tout d’abord commencer cet article en mentionnant qu’il n’y a, selon moi, aucun leurre  »miracle » sur le marché. Pour tirer le maximum d’un leurre, il faut :

  • l’employer avec les bonnes techniques.
  • avoir un équipement adapté aux leurres qu’on souhaite travailler.
  • avoir confiance.
  • connaitre son plan d’eau.
  • avoir sa ligne à l’eau.

J’aimerai vous parler aussi de quelques leurres et équipements qui, selon moi, sont des incontournables pour réaliser une bonne journée de pêche tout en demeurant confortable et au sec! Tout le monde sait que le temps des cadeaux de Noël arrive à grand pas, alors pourquoi ne pas gâter vos proches avec les produits qui suivent?!

  • Le bait cloud

Le bait cloud pourrait ressembler à une boule bien banale mais détrompez vous! Cet attractif a une puissance d’attraction qui n’a rien à envier aux autres produits odoriférants. Son format pratique et de bonne grosseur est facile à transporter dans une poche et ça se cache super bien dans un bas de noël d’un maniaque de pêche! Une fois lancée dans l’eau, la boule produit un son, dégage une odeur et procure un aspect visuel attirant. De quoi rendre fou les poissons! Ce produit se détaille en une variété de saveurs différentes et est disponible chez plusieurs détaillants. Vous pouvez aussi visiter le site web de la compagnie : https://www.baitcloud.com/

canada-pro
Crédit photo : Team canada pro.

  • Le Sand eel de Savage gear

Avec son corps élancé et son allure de vrai lançon, le sand eel de savage gear est un incontournable pour les pêcheurs de bar rayé mais il est aussi très productif pour plusieurs autres espèces de poissons prédateurs. Ce leurre est disponible en différentes grandeurs allant de 5”, 6”, 7”, 7 ½”, et 8”. Plusieurs couleurs et grosseurs sont également disponibles. De plus, les têtes de jig sont interchangeables. Mackerel, chartreuse white, pink white et brown sandeel sont, selon moi, les couleurs à prioriser. J’aime bien les ramener rapidement avec des mouvements saccadés. Comme le dit si bien mon ami Simon Turcotte : « jerk en masse! ». N’oubliez pas de consulter le site web de Savage gear pour plus d’informations.

sandeelCrédit photo : Savage gear.

 

leurre-savage
Crédit photo : Alex Anglehart lantin.

  • Frogg Toggs

Pour continuer, j’aimerai vous parler aussi des imperméables Frogg Toggs qui offrent, selon moi, un rapport qualité-prix imbattable. Tout le monde sait que, lors d’une journée de pêche, les conditions météorologiques sont souvent imprévisibles et les intempéries peuvent survenir en tout temps. Cet imperméable va vous garder au sec mais il est également parfait pour vous garder au chaud lors des journées plus fraiches. Plusieurs modèles sont disponibles chez les détaillants près de chez vous.

Faites comme Mathieu Dansereau et restez au chaud et au sec toute l’année avec Frogg Toggs!

mathieu
Crédit photo : Mathieu Dansereau.

J’aimerai terminer mon article en vous présentant  »Faded Underwear » des sous-vêtements plus que confortables! En plus d’être confortable, le tissu fait à base de bambou respire bien et permet de vous garder à l’aise et au sec! Mais faites attention car vous pourriez développer une sévère dépendance à ce produit! 😉

faded
Crédit photo : Team canada pro

Veuillez noter que tous les produits présentés ci dessus sont disponibles chez plusieurs détaillants près de chez vous.

Pour en finir dans un esprit festif, passez tous de joyeuses fêtes et surtout bonne pêche.

Alex Anglehart Lantin prostaff team canada pro.

pour ample informations ou pour me rejoindre.

  • alex_anglehart@hotmail.fr
  • 1-418-616-0950

Tartare de Ouananiche

Voici une petite recette bien simple que j’ai fait avec une ouananiche du lac Memphrémagog fraîchement pêchée. Depuis ce temps ma façon de cuisiner mes prises du jour a bien changée. Toute au long de la belle saison je vous proposerez quelques plats de poissons de la région de l’Estrie: Touladi, Brune, Arc-en-ciel, Perchaude et Doré. N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

Bonne Appétit!!!

www.excelpeche.comTartare de Ouananiche

Nouveau plan de gestion du doré 2016-2026

Voici le nouveau plan de gestion du doré mit en place et publier dans les derniers jours.

Nouveautés

    • Remplacement de la limite de taille minimum de 32 cm par une gamme exploitée de 37 à 53 cm, avec la possibilité de conserver un doré de plus de 53 cm pour les zones de pêche 16, 17 et 22;
    • remplacement de la limite de taille minimum de 32 cm par une gamme exploitée de 32 à 47 cm pour la zone de pêche 13;
    • interdiction de pêcher le doré à l’arc, à l’arbalète et au harpon en nageant;
    • élimination d’exceptions, dont le réservoir Gouin (passe de la taille minimum de 32 cm à la gamme exploitée de 32 à 47 cm);
    • augmentation de la durée du plan de gestion afin de tendre vers un standard de 10 ans pour l’ensemble des plans de gestion en faune aquatique;
    • adoption d’un cadre de gestion des ensemencements de doré;obligation de transporter tous les dorés entiers, entiers et éviscérés ou en filet coupé en portefeuille là où une limite de taille est applicable.
    • obligation de transporter tous les dorés entiers, entiers et éviscérés ou en filet coupé en portefeuille là où une limite de taille est applicable.

walleye

http://mffp.gouv.qc.ca/faune/peche/plan-gestion-dore-2016-26.jsp

Démystifier les mythes : Les « Secrets » de la pêche à la traîne

J’entends ou je vois souvent cette question posée sur les médias sociaux ou sur les forums de pêche : « À quelle vitesse de traîne doit-on pêcher pour telle ou telle espèce? » Je pense que la réponse n’est pas aussi simple que la question!!! En fait, selon moi, la question est mal posée dans le sens où elle ne se base pas sur le bon postulat de départ.

Après plusieurs années de tests et d’expérimentations, il m’apparait clair que la vitesse de traîne ne se détermine pas en fonction d’une espèce donnée mais plutôt selon le type de leurre utilisé et en fonction de certains paramètres que je vais tenter de résumer ici.

– La présentation d’un leurre en fonction de son type et de son poids

Chaque leurre a une vitesse optimale de présentation. Cependant, certains types de leurre permettent un large éventail de vitesse possible, alors que d’autres ont une fenêtre de vitesse très limitée. Habituellement, plus le leurre est lourd, plus sa fenêtre de possibilité de vitesse va être étendue. Généralement, le point de démarcation entre une présentation optimale à la vitesse optimale pour un leurre donné est le moment ou ce leurre perd son pouvoir attractif en devenant inactif ou en décrivant des mouvements trop erratiques et non naturels.

type leurre

Conseil :

Pour trouver la vitesse optimale de présentation d’un leurre, installez votre leurre au bout de votre canne et mettez le dans l’eau à côté de votre embarcation, il faut que le leurre soit complètement submergé, ensuite, essayez différentes vitesses de traîne et vous pourrez ainsi observer les différents mouvements de votre leurre en fonction des différentes vitesses.

– La température de l’eau et la température préférentielle de l’espèce visée

Certains leurres qui ont un éventail plus large de vitesse peuvent donc être utilisés à différentes vitesses de traîne. C’est avec ce type de leurres qu’entre en ligne de compte un autre paramètre qu’est la température de l’eau versus la température préférentielle de l’espèce pêchée. En effet, il faut savoir que la température de l’eau va jouer sur la « volonté » de l’espèce visée à attaquer vos leurres ou non et ce même si la présentation de votre leurre n’est pas optimale en termes de vitesse.

Temp préférentielles

Conseil :

Recherchez la profondeur ou se situe la température préférentielle de l’espèce visée et présentez vos leurres dans cette zone de profondeur en variant votre vitesse de traîne. Vous pouvez utiliser votre embarcation pour décrire des « S » ce qui fera augmenter la vitesse de présentation d’un leurre situé sur un côté du bateau et diminuer la vitesse du leurre présenté sur l’autre côté de l’embarcation.

– Les conditions météorologiques, climatiques et saisonnières en fonction de l’activité du poisson et de son régime alimentaire

Il est indéniable que certaines conditions météorologiques momentanées, certaines conditions climatiques ponctuelles ou encore certaines conditions saisonnières récurrentes peuvent jouer un rôle important sur « l’humeur » du poisson. Il devient donc important d’ajuster la vitesse de présentation de vos leurres en fonction des ces conditions. Ainsi, vous ne pêcherez pas à la même vitesse de traîne avec le même leurre en été à forte profondeur que durant le printemps ou l’automne à faible profondeur. Il faut aussi considérer l’activité du poisson et sa concentration non seulement en fonction du temps de la journée mais aussi en fonction du temps de l’année.

De façon générale, je dirai que plus l’espèce ciblée est profonde et/ou dispersée, plus il est important de bien contrôler sa présentation et d’utiliser des leurres à faible éventail de vitesse. Dans ces conditions, il devient important de reproduire le plus fidèlement possible le comportement et l’action naturelle de ce que votre leurre imite. Cela permet d’ajouter une dimension supplémentaire à la perspective de proposer de la nourriture à l’espèce visée, c’est aussi de provoquer chez elle un réflexe d’instinct mémoriel de prédation et d’alimentation, une dimension « aguicheuse » et « séductrice » qui pourrait tenter l’espèce visée même si celle-ci n’est pas en mode de recherche alimentaire.

À l’inverse, lorsque l’espèce visée est active et/ou en forte concentration sur une faible superficie elle est alors en période de frénésie alimentaire et elle se retrouve souvent en compétition directe pour la nourriture. Dans ce cas, il vaut mieux présenter des leurres avec un plus grand éventail de vitesse de traîne et pêcher plus vite pour diminuer le temps de réaction et de « réflexion » de l’espèce ciblée. Il n’est plus question de chercher à effectuer une présentation subtile, il faut travailler avec des leurres voyants et bruyants à vitesse maximale et optimale de vos leurres pour ajouter à votre présentation une dimension agressive qui peut réveiller un réflexe inné de compétition alimentaire et un instinct « d’exaspération » et de prédation de la part de l’espèce visée.

Pression atmosphérique

Conseils :

Avant une sortie de pêche, vérifiez des paramètres tels que pression atmosphérique prévue versus pression atmosphérique de la veille, variations de température de l’air durant la journée, luminosité et alternance soleil-nuage, tables solunaires avec périodes majeures et mineures pour les grands plans d’eau, période de frénésie alimentaire en fonction de l’espèce visée.

Pendant la sortie de pêche, sachez vous adaptez rapidement en fonction de l’activité et de «  l’humeur » du poisson. Variez vos vitesses de présentations avec des leurres à large éventail de vitesse de traîne ou alors précisez votre présentation avec des leurres à faible éventail de vitesse de traîne.

phases lunaires

En conclusion, je reviendrai avec le fait qu’il n’y a pas de recettes spécifiques et miraculeuses pour la vitesse de traîne mais il faut savoir garder en tête un ensemble de paramètres importants, rester alerte et attentif afin de les combiner en fonction des conditions de la journée et des observations faites sur le moment et s’imposer une rigueur dans la préparation et la documentation sur l’espèce visée et sur le plan d’eau choisi.

En espérant que cet article vous sera utile pour votre prochaine saison de pêche afin que celle-ci soit remplie de nouvelles expériences enrichissantes et de belles captures.

Écrit par :

Bruno Mayot
Lomechuse guide de pêche aux salmonidés
Lac Memphrémagog (été – hiver)
Rivières du lac Ontario (automne – printemps)
819-209-5633
www.lomechuse.com
info@lomechuse.com

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑