Démystifier les mythes : Les « Secrets » de la pêche à la traîne

Démystifier les mythes : Les « Secrets » de la pêche à la traîne

J’entends ou je vois souvent cette question posée sur les médias sociaux ou sur les forums de pêche : « À quelle vitesse de traîne doit-on pêcher pour telle ou telle espèce? » Je pense que la réponse n’est pas aussi simple que la question!!! En fait, selon moi, la question est mal posée dans le sens où elle ne se base pas sur le bon postulat de départ.

Après plusieurs années de tests et d’expérimentations, il m’apparait clair que la vitesse de traîne ne se détermine pas en fonction d’une espèce donnée mais plutôt selon le type de leurre utilisé et en fonction de certains paramètres que je vais tenter de résumer ici.

– La présentation d’un leurre en fonction de son type et de son poids

Chaque leurre a une vitesse optimale de présentation. Cependant, certains types de leurre permettent un large éventail de vitesse possible, alors que d’autres ont une fenêtre de vitesse très limitée. Habituellement, plus le leurre est lourd, plus sa fenêtre de possibilité de vitesse va être étendue. Généralement, le point de démarcation entre une présentation optimale à la vitesse optimale pour un leurre donné est le moment ou ce leurre perd son pouvoir attractif en devenant inactif ou en décrivant des mouvements trop erratiques et non naturels.

type leurre

Conseil :

Pour trouver la vitesse optimale de présentation d’un leurre, installez votre leurre au bout de votre canne et mettez le dans l’eau à côté de votre embarcation, il faut que le leurre soit complètement submergé, ensuite, essayez différentes vitesses de traîne et vous pourrez ainsi observer les différents mouvements de votre leurre en fonction des différentes vitesses.

– La température de l’eau et la température préférentielle de l’espèce visée

Certains leurres qui ont un éventail plus large de vitesse peuvent donc être utilisés à différentes vitesses de traîne. C’est avec ce type de leurres qu’entre en ligne de compte un autre paramètre qu’est la température de l’eau versus la température préférentielle de l’espèce pêchée. En effet, il faut savoir que la température de l’eau va jouer sur la « volonté » de l’espèce visée à attaquer vos leurres ou non et ce même si la présentation de votre leurre n’est pas optimale en termes de vitesse.

Temp préférentielles

Conseil :

Recherchez la profondeur ou se situe la température préférentielle de l’espèce visée et présentez vos leurres dans cette zone de profondeur en variant votre vitesse de traîne. Vous pouvez utiliser votre embarcation pour décrire des « S » ce qui fera augmenter la vitesse de présentation d’un leurre situé sur un côté du bateau et diminuer la vitesse du leurre présenté sur l’autre côté de l’embarcation.

– Les conditions météorologiques, climatiques et saisonnières en fonction de l’activité du poisson et de son régime alimentaire

Il est indéniable que certaines conditions météorologiques momentanées, certaines conditions climatiques ponctuelles ou encore certaines conditions saisonnières récurrentes peuvent jouer un rôle important sur « l’humeur » du poisson. Il devient donc important d’ajuster la vitesse de présentation de vos leurres en fonction des ces conditions. Ainsi, vous ne pêcherez pas à la même vitesse de traîne avec le même leurre en été à forte profondeur que durant le printemps ou l’automne à faible profondeur. Il faut aussi considérer l’activité du poisson et sa concentration non seulement en fonction du temps de la journée mais aussi en fonction du temps de l’année.

De façon générale, je dirai que plus l’espèce ciblée est profonde et/ou dispersée, plus il est important de bien contrôler sa présentation et d’utiliser des leurres à faible éventail de vitesse. Dans ces conditions, il devient important de reproduire le plus fidèlement possible le comportement et l’action naturelle de ce que votre leurre imite. Cela permet d’ajouter une dimension supplémentaire à la perspective de proposer de la nourriture à l’espèce visée, c’est aussi de provoquer chez elle un réflexe d’instinct mémoriel de prédation et d’alimentation, une dimension « aguicheuse » et « séductrice » qui pourrait tenter l’espèce visée même si celle-ci n’est pas en mode de recherche alimentaire.

À l’inverse, lorsque l’espèce visée est active et/ou en forte concentration sur une faible superficie elle est alors en période de frénésie alimentaire et elle se retrouve souvent en compétition directe pour la nourriture. Dans ce cas, il vaut mieux présenter des leurres avec un plus grand éventail de vitesse de traîne et pêcher plus vite pour diminuer le temps de réaction et de « réflexion » de l’espèce ciblée. Il n’est plus question de chercher à effectuer une présentation subtile, il faut travailler avec des leurres voyants et bruyants à vitesse maximale et optimale de vos leurres pour ajouter à votre présentation une dimension agressive qui peut réveiller un réflexe inné de compétition alimentaire et un instinct « d’exaspération » et de prédation de la part de l’espèce visée.

Pression atmosphérique

Conseils :

Avant une sortie de pêche, vérifiez des paramètres tels que pression atmosphérique prévue versus pression atmosphérique de la veille, variations de température de l’air durant la journée, luminosité et alternance soleil-nuage, tables solunaires avec périodes majeures et mineures pour les grands plans d’eau, période de frénésie alimentaire en fonction de l’espèce visée.

Pendant la sortie de pêche, sachez vous adaptez rapidement en fonction de l’activité et de «  l’humeur » du poisson. Variez vos vitesses de présentations avec des leurres à large éventail de vitesse de traîne ou alors précisez votre présentation avec des leurres à faible éventail de vitesse de traîne.

phases lunaires

En conclusion, je reviendrai avec le fait qu’il n’y a pas de recettes spécifiques et miraculeuses pour la vitesse de traîne mais il faut savoir garder en tête un ensemble de paramètres importants, rester alerte et attentif afin de les combiner en fonction des conditions de la journée et des observations faites sur le moment et s’imposer une rigueur dans la préparation et la documentation sur l’espèce visée et sur le plan d’eau choisi.

En espérant que cet article vous sera utile pour votre prochaine saison de pêche afin que celle-ci soit remplie de nouvelles expériences enrichissantes et de belles captures.

Écrit par :

Bruno Mayot
Lomechuse guide de pêche aux salmonidés
Lac Memphrémagog (été – hiver)
Rivières du lac Ontario (automne – printemps)
819-209-5633
www.lomechuse.com
info@lomechuse.com

La malédiction enfin rompue!!

La malédiction enfin rompue!!

ouananiche memphremagog atlantic salmon

C’est par ce froid lundi 29 décembre que s’est terminée ma saison de pêche 2014 en eau libre en compagnie de Bruno Mayot sur le lac Memphrémagog. Direction la descente de Vale Perkins pour être à l’abri des vents de l’Ouest. La matinée sur le lac a commencé extrêmement lentement. Après une petite touche ratée, les attaques se sont faites rares pour un bon deux heures. Je peux vous confirmer que deux heures à avoir froid sans action pour nous réchauffer c’est difficile sur le moral. Bruno cherchait le poisson et la bonne couleur qui les réveillerait.

ouananiche memphremagog silver tommy corriveau

Après quelques tests de leurres différents on a enfin commencé à avoir des touches de petites ouananiches qui se réveillaient. Rien de très gros mais quand même mieux que rien. L’après-midi se passa beaucoup mieux! Bien que les 3 chaloupes que nous avions croisées sur le lac avaient abandonné et rentraient bredouilles, on a décidé de pousser un peu notre chance pour finalement faire une belle pêche : un total de 15 petites ouananiches, remises à l’eau, entre 39 a 42 cm sont venus attaquer nos leurres.

ouananiche memphremagog tommy corriveau

Ceux qui suivent mon blog depuis plusieurs mois avaient peut-être lu mon billet sur ma malédiction … un but que je m’étais fixé soit de prendre une truite brune dans mon année … ce but qui m’échappait à tous les coups et bien cette malédiction fut enfin rompue grâce au travail ardu de Bruno. Il a travaillé très fort pour trouver des structures propices à la capture de truite brune quand finalement j’ai eu une belle attaque d’une belle truite brune qui fut graciée après ce magnifique combat.

brown-fixed

La noirceur commençant à tomber, nous avons décidé de rentrer au port tranquillement en espérant attraper un autre poisson digne de ce nom avant la fin de la journée. Cette fois-ci ce fut le tour de Bruno d’avoir un peu d’action une belle ouananiche de 3-4 livres est venue attaquer son leurre quelques minutes à peine avant la fin de la journée … le poisson de la dernière chance comme on l’a surnommé!

ouananiche bruno mayot memphrémagog guide

Donc pour une journée difficile 16 ouananiches au bateau et une brune sans compter les quelques poisons échappés je dois dire que les connaissances de Bruno ont encore fait toute une différence si on se comparait aux quelques personnes rentrées bredouilles. La prochaine sortie, si Dame nature le veut bien, ce fera sur la glace.

Une magnifique pêche près de chez vous (partie 2)

Suite de l’article Une magnifique pêche près de chez vous (partie 1)

trout2

Après le premier ruisseau, qui était magnifique, nous avions un total de 9 ombles dans le panier, ce qui nous donnait droit à 11 mouchetées gardées pour ce deuxième coin de paradis.

Ce ruisseau est très connu et surtout très pêché dans une autre section qui est plus accessible. Il nous a quand même réservé de magnifiques captures. Je n’avais jamais pêché dans cette partie du ruisseau, mais je dois dire que c’était sans aucun doute la plus belle. Cette section est très peu pêchée et ça paraissait par la qualité de la pêche. Bruno m’expliquait que la pêche y était encore meilleure il y quelques années. Il me parlait des belles truites brunes trophées qu’il a eu la chance de capturer à cet endroit.

brownie

La pêche sur ce plan d’eau a été beaucoup plus facile, bien que le ruisseau est plus petit et que plusieurs branches rendent les lancés plus difficiles. Il n’y avait presque pas de ménés, juste de la belle truite. Après une marche à l’ombre en forêt pour attendre les rapides et les belles chutes, plusieurs poissons sont allés au panier et quelques-unes, plus petites, ont été graciées. Résultat : 10 mouchetées de 7 à 14 pouces (dans le panier), 10 graciées et pour finir, une belle petite surprise, je suis resté pris dans une fosse que je voulais essayer (encore une fois ma malédiction face à ce poisson a frappée). Bruno a donc lancé dans la fosse, car je ne voulais pas m’avancer puisque j’essayais de me déprendre et que je ne voulais pas effrayer les truites. Il a pris une belle petite brune!

trout3

En résumé, la pêche a été bonne et nous avons eu beaucoup de plaisir Bruno et moi. Ça faisait longtemps que j’avais pêché en ruisseau et mes lancés laissaient à désirer. Ça ne m’a toutefois pas empêcher de prendre quelques belles truites. Merci à Bruno pour la belle journée.

Une magnifique pêche près de chez vous (partie 1)

header

C’est par un matin chaud et humide que Bruno et moi avons décidé de nous lancer à la conquête des petites truites de ruisseau de l’Estrie. Dans notre mire : deux ruisseaux que Bruno connaissait très bien, dont un dans lequel je pêchais depuis plus de 20ans avec mon père, mais dans un secteur différent. Voici donc mon article, en deux parties, sur notre sortie de pêche.

Déjà, lorsque nous sommes arrivés au premier ruisseau, la chaleur s’est fait sentir. En plus, les truites sont rares dans la première partie, surement déjà pêchées par d’autre. Cependant, plus nous nous enfonçons dans la forêt, plus les paysages offrent des refuges pour plusieurs petites truites de 7 à 10 pouces.

trout1

Il y avait cependant quelques défis de taille afin de réussir à aller chercher nos petites colorées. Nous devions premièrement trouver une fosse assez profonde, car à ce temps-ci de l’année, le niveau de l’eau est très bas. Ensuite, nous devions réussir à passer au travers les bancs de ménés qui infestaient le ruisseau comme des petits piranhas pour finalement atteindre le fond des fosses et espérer une belle attaque de mouchetée.

Bruno m’a donc amené jusqu’à un flanc de roches où se trouvaient de magnifiques chutes et rapides. Tout en escaladant, nous avons pêché dans les différentes fosses. Dans ce premier ruisseau, plusieurs petites truites ont été graciées et un total de 9 blessées ont été gardées. Nous avons même eu droit à la visite d’une petite tortue serpentine qui se faisait griller sur une roche.

footer

À suivre…

Qui se lève tôt récolte les poissons.

header

Pour mes vacances, j’ai eu envie de me payer un guide de pêche sur le Lac Memphrémagog pour aller prendre de la belle truite. Malgré la panoplie de guide, comme Valéry Perreault (Pêcheureuse), Hugh Côté et Alain Pelletier, mon choix s’est arrêté sur un excellent guide, c’est-à-dire Bruno Mayot(Lomechuse). Bruno en est peut-être qu’à sa première année en tant que guide, mais c’est un gars qui connait beaucoup la pêche. Je le suivais depuis déjà plusieurs années sur les forums comme Québec pêche et Pêche QC et sans même me connaitre, il m’avait déjà beaucoup enseigné sur le monde de la pêche au salmonidé grâce à ses nombreuses interventions sur ces forums.

DSC01393_2   10564861_10154340490165401_1117010986_2

C’est donc par un matin frisquet que notre aventure a commencé. Quand le cadran a sonné à 4heures du matin, moi et ma copine avons pris le chemin en direction du Lac Memphrémagog en nous rendant à la marina de Georgeville. Malgré nos yeux encore collés et pas tout à fait réveillés, nous nous sommes émerveillés devant la beauté du petit village et la vue incroyable sur le lac Memphrémagog au lever du soleil. Une fois le bateau à l’eau, nous avons sprintés vers une belle fosse très profonde pour aller tester la grise à la jig, une technique que j’avais envie d’essayer depuis longtemps. Ça n’a pas pris plus de 10 minutes avant les premières touches. Au menu, une belle grise de 10 lbs et plusieurs autres beaux spécimens. Autour du bateau, la truite arc-en-ciel se nourrissait en surface. Nous avons donc décidé de changer de méthode et de faire un peu de traîne, question d’accrocher plusieurs beaux poissons. Après avoir échappé 2 ouinananiches, une arc-en-ciel se pointe le nez. Stéphanie a donc pris la canne et l’a sortie comme une pro. Cette belle truite de 3 livres sera le seul salmonidé de la journée qui n’a pas été gracié et qui finira en délicieux souper.

DSC01387_2

Malgré les innombrables bateaux qui recouvrent le lac, mon expérience au Memphré, guidée par Bruno, fut mémorable. Non seulement il est une personne extrêmement sympathique et professionnelle, mais en plus il connait très bien son lac. À maintes reprises, nous étions les premiers sur un spot de pêche et les autres bateaux arrivaient quand nous commencions à prendre du beau poisson. Il est un très bon mentor et il a très bien pris le temps de nous expliquer les techniques.

Merci Bruno pour ce bel avant-midi et au plaisir de retourner pêcher en ta compagnie bientôt!

Bruno Mayot Guide de peche

Bruno Mayot

Éperlan du memphré

Éperlan du Memphré

Touladi

Stéph et son Touladi